Réalisation d'une maison en pisé

Jean-François Martin  Publié le - Mis à jour le 21 juin 2019


Sur un joli terrain boisé dominant la rivière de la Gartempe, un agriculteur poitevin a construit une maison en pisé accueillant un tourisme vert venu jouir des produits fermiers de qualité, des maisons en terre et d’un environnement très rural. Cette expérience de réalisation l’a ensuite conduit à construire sa propre maison en pisé avec la même technique.

Structure architecturale de la maison en pisé

maison-en-pisé
maison-en-pisé

La maison d’habitation, inspirée des maisons paysannes de la région, est de plain pied, de forme oblongue, avec une toiture à forte pente sur quatre faces et sans mur pignon ; il s'agit d'une construction difficile à monter avec des moyens limités. Les 120 m² habitables sont essentiellement au RdC, avec 2 chambres à l’étage.

Le soubassement a été fait en pierre pour les gîtes puis remplacé par des parpaings pour la maison, afin de faciliter le montage des coffrages. La toiture, en tuile plate comme c’est la tradition dans la région, comporte un large débord qui finit d’assurer la protection du pisé laissé brut en extérieur. A l’intérieur, un badigeon de colle à papier permet de renforcer la cohésion de surface.

Les ouvertures sont des cadres en chêne massif dont le linteau déborde afin d’assurer une meilleure répartition des charges et donc moins de fissuration. Ils ont été montés dans le coffrage avant pisage, ce qui sous-entend un plan de coffrage tenant compte de l’emplacement des cadres et des traverses afin d’éviter les interférences entre eux.

Certains murs ont été prévus très longs et en un seul tenant (5,5 m), ce qui pose des problèmes de fissuration qu’il aurait été bon de prévoir. La hauteur des murs de la maison a été déterminée par la taille des coffrages.

Un chaînage en béton armé de 15*15 a été coulé dans le pisé grâce à une réservation laissée à l’aide d’un coffrage.

Dans ce cas, l’utilisation d’un coffrage trapézoïdal est conseillée pour faciliter le démoulage

Pourquoi choisir de construire une maison en pisé ?

Le choix de la construction en pisé a été fait, à la fois par attrait pour une expérience inhabituelle et comme moyen pour accroître le caractère attractif des réalisations.

Le choix de l’auto-construction a été lui aussi un mélange entre les raisons économiques et l’envie de vivre une expérience.

Les fondations, ainsi que la charpente/couverture ont été sous-traitées à des intervenants extérieurs. Pour la partie pisé, l’auto-constructeur a été conseillé par le CRATerre et par l’architecte, puis petit à petit, a acquis l’expérience suffisante pour s’en passer complètement et réaliser lui-même sa maison en pisé.
Une tentative pour faire appel à une entreprise de construction n’a abouti sur aucune proposition réaliste et abordable.

Extraction / transport : la terre, composée de 15% d’argile et d’éléments grossiers, a été prise près du premier gîte, puis transportée grâce à un tracteur agricole avec godet dès le deuxième chantier.


Malaxage : 100 l de terre étaient amendés de 30 l de mignonnette et de gravier 20/25 par moitié, puis stabilisés avec 10 l de chaux hydraulique.
Le mélange a tout d’abord été fait par deux personnes à temps plein à l’aide d’un motoculteur. Le prêt d’un malaxeur électrique a permis ensuite à une seule personne de s’occuper à la fois de l’extraction, du transport et du mélange.


maison-en-pisé
maison-en-pisé
Coffrage : le montage d’un coffrage utilisait l’ensemble des 3 personnes pendant 1,5 jour et plus lorsqu’il y avait des ouvertures à mettre en place, soit une durée équivalente au damage proprement dit. Ceux-ci, tout d’abord en bois et de 60 cm de haut ont été remplacés par un coffrage béton CTP acheté 300 € d’occasion, afin d’obtenir une meilleure régularité des murs.
Cependant, un coffrage très régulier nécessite une plus grande rigueur dans la découpe des ouvertures et une grande régularité du soubassement, ceci ayant conduit ici au remplacement de la pierre par du parpaing.
De plus, le coffrage faisant 260 cm de haut (par 60 ou 120 cm de large), les traverses rendaient le début du damage malaisé et son poids rendait sa mise en place et son démontage, à trois sans moyen particulier de levage, assez pénible.


Damage :la répartition de la terre était faite par une personne et le damage par une autre, à l’aide tout d’abord d’un marteau piqueur bricolé puis grâce à un fouloir pneumatique (500 €), beaucoup plus adapté. Le taux de compression a été de 2,7.


Temps de mise en oeuvre :une équipe de 3 personnes a réalisé le troisième gîte après s’être formée grâce à la réalisation des 2 premiers.
Ils ont travaillé pendant 40 h pour le mélange, le remplissage et le damage, 40 h pour le coffrage et le décoffrage et 20 h pour le rangement et la préparation, soit un total de 300h.
La maison, quand à elle, a nécessitée 480h de travail à 3 pour 45 m3 de pisé fini. Au final, il a fallu compter une moyenne de 10 h par m3, soit 4h au m² pour un mur de 40 cm d’épaisseur.

Consommation et coût énergétique de la maison en pisé

Thermique :les 40 cm de pisé permettent une bonne régulation thermique qui rend l’intérieur frais en été et réduit les consommations énergétiques pour le chauffage en hiver. Cette isolation a été complétée par du double vitrage et une isolation supplémentaire sous toiture.
Au final, les 380 m3 de la maison en pisé personnelle sont maintenus à 18° grâce à un convecteur de 2 kW en mi-saison, auquel vient s’ajouter une cheminée ouverte en hiver.

Ambiance : le pisé a été laissé apparent à l’intérieur, avec une couche de colle à papier peint afin d’éviter un éventuel farinage des murs, ce qui n’est à priori pas nécessaire. Cet aspect esthétique, combiné à la qualité hygroscopique de l’air a, au dire des locataires, un effet apaisant et a même permis à un asthmatique de se passer de son traitement durant son séjour.

Réalisation maison en pisé : quelques chiffres

Coût : 49 000€ / Volume de terre nécessaire : 43m3 / Surface habitable : 120m² Durée des travaux : 1 an (auto construction)

Copyright l Tous droit réservés l Document et photographies réalisés par ecobâtir en partenariat avec l’association craTERRE.