Isolation exterieure

Jean-François Martin  Publié le - Mis à jour le 12 juin 2019


Des avantages à n'en plus finir pour l'isolation extérieure. L'isolation intérieure, elle, a bien souvent des limites, en particulier lorsque les pièces sont déjà aménagées ; il n'est en effet pas toujours possible de défaire l'intégralité du doublage pour placer davantage d'isolant et le rajout d'épaisseur pour gagner en confort à l'intérieur réduit d'autant la surface habitable.

L'isolation par l'intérieur, en s'appuyant sur les éléments existants, ne peut résoudre l'intégralité des ponts thermiques, comme le ferait une enveloppe depuis le dehors. Enfin, surtout dans les maisons avec de larges murs en pierre ou en terre, mettre l'isolant à l'intérieur représente le désavantage de se couper de l'inertie apportée par le mur.

Isolation exterieure : bois ou liège ?

Offrant des alternatives durables, les matériaux écologiques viennent remplacer
le classique polystyrène, dont la durée dans le temps n'est pas la principale qualité.

Deux matériaux sortent actuellement leur épingles du jeu, du fait de la possibilité de les placer soit sous un bardage, ou de l'enduire directement. Le liège et la fibre de bois.

Le liège possède plusieurs avantages : d'origine entièrement naturelle (étant agglomérés avec la propre résine du liège, la subérine), imputrescible (qui ne peut pas se putréfier, se corrompre, pourrir) et peut être enduit avec les matériaux traditionnels.
La fibre de bois est efficace mais demande un entretien adéquat (à enduire ou protéger sous bardage), le respect des conditions de mise en œuvre (soubassement et débord de toit suffisant) et, enfin, l'emploi d'enduits d'accroche spécifique. Les panneaux sont composée à plus de 90% de fibre de bois, la paraffine et d'autres liants formant les 10% restants.
Isolation extérieure : un système d'enduit res-pi-rant

Les premiers enduits pour panneaux en fibres de bois étaient non-respirants.

Dorénavant, nombre de concepteurs ont su adapter les contraintes du produit tout en gardant sa respirabilité, depuis avec une large gamme à base de chaux.


La première passe est destinée à faire tenir l'ensemble sur la fibre de bois par l'intermédiaire d'un liant à base de dispersion.
Quant à la seconde passe, il s'agit de maroufler une toile de verre pour éviter les fissures aux jointures de plaques.
Et pour habiller le tout, diverses finitions sont disponibles : crépis de façades, enduits de décoration, peinture aux silicates.

L'isolation extérieure est donc une alternative vouée à se développer dans un futur proche. Présentant, un certain nombre de complexités, c'est pour l'instant un domaine assez peu investi par l'ensemble des acteurs de la rénovation thermique.

Voir aussi ITE Isolation Thermique par l'Extérieur